Lambeau de grand dorsal

Reconstruction mammaire par lambeau de grand dorsal

Une reconstruction du sein naturelle et définitive à Bordeaux

En bref

L’intervention: Reconstruction naturelle (autologue) du sein en utilisant de la peau, de la graisse, et une petite partie d’un muscle du dos.

Durée: 2h30 à 3h

L’hospitalisation: 2 à 3 nuits d’hospitalisation

Le prix: entre 2000 et 3500 euros

La convalescence: 4 semaines pour le sport, 2 semaines si travail sédentaire. Port d’un body sur mesure pendant 4 à 6 semaines.

Les risques: Hématome, sérome, trouble cicatriciel, persistance d’une asymétrie.

La douleur: Moyennement douloureuse pendant les 2 premiers jours d’hospitalisation.

Résultat définitif: à 3 mois pour cette étape, à 1 an pour le résultat final après retouche.

L’intervention

Le lambeau de grand dorsal est une des principales techniques de reconstruction mammaire différée.

Le muscle grand dorsal est un grand muscle du dos, assez mince. Sa principale fonction est de se tracter avec les bras (escalade, traction) et de se soulever avec des béquilles. Ce n’est pas le muscle qui permet de lever le bras en l’air, il est donc peu utile dans la vie quotidienne.

Le principe de l’intervention est d’utiliser de la peau, de la graisse sous cutanée et une petite partie du muscle grand dorsal pour reconstruire le volume et la forme du sein.

Il y a quelques années, son utilisation nécessitait de prendre la quasi-totalité du muscle, et donc les douleurs et les séquelles au niveau du dos pouvaient être importantes. Au fur et à mesure des années, la technique chirurgicale a évolué. Nous n’utilisons maintenant qu’une petite partie du muscle mais une plus grande partie de graisse du dos pour la reconstruction, ce qui diminue largement les douleurs et les séquelles esthétiques du dos. Cette variante de la technique s’appelle « le lambeau de grand dorsal à conservation musculaire » ou « muscle-sparing latissimus dorsi ».

Le lambeau (peau-graisse-muscle) est donc détaché du dos et pivoté vers le sein à reconstruire. La cicatrice qui en résulte est donc une cicatrice plutôt horizontale, positionnée au niveau de la bretelle du soutien-gorge pour la camoufler.

Suivant le volume du sein à reconstruire nous pouvons choisir ensemble d’utiliser un peu plus de peau (donc augmenter légèrement la longueur de la cicatrice) ou d’utiliser un peu plus de muscle (cicatrice plus petite mais une petite diminution de force). Tout ceci sera discuté en consultation.

Une fois le lambeau placé au niveau du sein plusieurs choix s’offrent à nous. La peau du dos peut être placée dans le sillon du sein mais cela va entrainer une cicatrice supplémentaire. Pour ma part, je préfère cacher le lambeau en entier sous la peau du sein pour éviter de créer une autre cicatrice.

Si vous souhaitez un volume très important d’emblée, nous pouvons positionner une prothèse sous le lambeau, cependant si vous souhaitez une reconstruction naturelle sans prothèse nous utiliserons de la graisse prélevée par lipofilling.

J’effectue quasiment pour toutes les patientes un lipofilling en même temps que le lambeau afin d’augmenter son volume et de diminuer le nombre de retouches chirurgicales nécessaires.

Le post-opératoire

A la fin de l’intervention nous mettons en place 1 ou 2 drains. Vous quitterez la clinique avec certainement encore 1 drain, qui sera enlevé par l’infirmière à domicile.

Le sein a au départ une forme un peu carrée qui va s’arrondir en 2 à 3 mois. Son volume va également légèrement diminuer. A 3 mois, le résultat définitif apparaît. A ce moment-là, nous décidons de la suite de la prise en charge :

              –Le volume vous convient : reconstruction de l’aréole et du mamelon

              –Le volume reste trop petit : séance de lipofilling

              –Le sein controlatéral tombe trop : symétrisation par réduction mammaire

En moyenne les reconstructions autologues (avec vos tissus à vous) nécessite 3 interventions. La première est le lambeau de grand dorsal + lipofilling, la deuxième est la symétrisation du sein controlatéral + lipofilling, et la 3eme est la reconstruction de l’aréole et du mamelon.

Les douleurs post opératoires sont essentiellement présentes les 2 premiers jours d’hospitalisation. Une fois chez vous, des antalgiques classiques vous seront prescrits.

L’élévation du bras sera réduite à environ 90-100° les 2 premières semaines.

Le port de charge lourde sera à éviter pendant 4 semaines, et le vêtement de contention (body grand dorsal) sera à porter pendant 4 à 6 semaines.

Un traitement anticoagulant (pour fluidifier le sang) sera à prendre une quinzaine de jours.